[Total : 1    Moyenne : 5/5]

Située à la naissance d’une presqu’île, Guérande est une très ancienne cité médiévale magnifiquement conservée.

Les épais remparts de la vieille ville dominent fièrement les carreaux étincelants des marais salants qui ont fait la richesse de la ville. Le sel est encore exploité à Guérande de façon artisanale par les paludiers et est présent sur les meilleures tables de France.

“Gwen Ran”, la “ville blanche” doit d’ailleurs son nom au sel qui longtemps a été une denrée sacrée, véritable monnaie pour les échanges commerciaux. Les marais salants, où tout se fait encore à la main dans un silence et une lumière étonnants, ont permis à une flore et une faune sauvage exceptionnelles de se développer. Grand hérons bleus et aigrettes survolent les marais en silence ou se figent entre les hautes herbes, les pattes dans l’eau, à l’affût de petits poissons.

La ville de Guérande au porte des marais salants

La ville de Guérande au porte des marais salants

Les paludiers, conscients de l’équilibre nécessaire du ce site naturel , sont les gardiens respectueux de ce temple vivant. A pied ou à vélo, perdez vous dans cet immense dédale, en faisant attention de ne pas déranger .

La vie à Guérande

Le canton de Guérande comprend les communes de Guérande, Mesquer, Piriac-sur-Mer, Saint-André-des-Eaux, Saint-Molf et La Turballe.
Les habitants de la commune se nomment les guérandais et guérandaises.
La commune de Guérande se situe au cœur de la presqu’île guérandaise. Ce territoire est dénommé ainsi car il est entouré à l’ouest par l’océan Atlantique, à l’est par le marais de Brière, au sud par La Loire et au nord par la Vilaine.La ville est implanté au point culminant (59 mètres au niveau de l’ancien Petit Séminaire) d’une ligne de coteaux allant de Saint-Nazaire à Piriac-sur-Mer, offrant une vue sur les côtes et l’arrière pays (vers les marais de Grande Brière).La Presqu’ile de Guérande, particulièrement la cuvette occupée par les Marais Salants, jouit d’un microclimat océanique relativement sec et venté, très changeant au cours de la journée, sous l’influence des marées et des brises thermiques.
L’économie locale est essentiellement orientée vers l’agriculture (élevage bovins et maraichage, ce dernier en cours de régression) et les activités tertiaires ou l’artisanat (PME-PMI)). Les activités liées au tourisme sont en augmentation.

La ville de Guérande au porte des marais salants

La ville de Guérande au porte des marais salants

Les maraîchers produisent encore parfois une carotte rouge-orangé, moyenne et de gros diamètre : “la carotte guérandaise”.
Sur le coteau de Guérande était produit un vin rouge réputé, de bonne garde pour l’époque – 3 à 5 ans selon les années -, qui était vendu en Bretagne et exporté vers l’Angleterre. Cette production a régressée au cours du XVIIIe pour disparaitre au début du XXème siècle. Quelques ceps survivent encore dans des parcelles abandonnées ou dans des talus. Les vignes étaient plantées en bas de coteau, de Trescalan à Careil principalement, sur des sols colluvionnés argileux et profonds. Les parcelles les plus réputés étaient le “Clos Saint Aubin”, (ou Clos de la Pierre) entre Guérande et Saillé, et le “Clos de Marsillé”.
Grand marché le samedi sous les halles et en centre ville (autours de la Collègiale) et “petit” marché le mercredi. Le marché de Guérande est une institution pluricentenaire (celui du samedi est antérieur au XIIe siècle) toujours vivante, et toute l’année.

Dans la catégorie Guérande

29 août 2017

Vous aimez partager!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*